faïence, jardin médiéval, uzès©nb uzessentiel

La Galerie Jamin, à Uzès

Galerie mais surtout atelier, la Galerie Jamin porte le nom de son fondateur, David Jamin.

Installée depuis 2013 dans une demeure historique aux voûtes séculaires du centre d’Uzès, décor privilégié des toiles aux couleurs chatoyantes, aux coups de pinceau francs et dynamiques, la galerie illumine la rue Saint-Théodorit.

Portraits - visages aux yeux clos, pensifs, ou d’autres, romantiques, comme Rimbaud, Nicolas de Staël, série des marins, déclinée en plusieurs versions, de la plus classique à la plus marginale etc, c’est un peu tout ça le monde de David Jamin, dont on peut retrouver quelques toiles dans la cité ducale, à L’hostellerie provençale notamment…

Il y a aussi des hommages à la course camarguaise (Raseteur et cocardier), des couples enlacés (Blottis ou Entre nous), quelques oiseaux (comme les pimpantes Mésanges) ou des fleurs (Prairie)…

L’univers de David, créateur inventif et inspiré, s’entr’aperçoit, se reconnaît même peut-être, au travers de ses toiles à l’énergie bouillonnante : une fraîcheur tout en pétulance et en joie innovante.

Atelier-Galerie Jamin©JaminDécouverte

Bonjour, et ravie de vous rencontrer pour ce nouveau portrait UzEssentiel,

Votre galerie est devenue une référence à Uzès. Pouvez-vous nous raconter la genèse de son ouverture ?

Lorsque nous nous sommes installés, Séverine et moi, rue Saint Théodorit en 2013, c’était à l’époque le rez-de-chaussée de notre maison que nous avions affecté à notre usage professionnel.

La fenêtre du bureau de Séverine était ouverte sur la rue durant ce premier été à Uzès et les passants s’arrêtaient pour la questionner sur les toiles qui se trouvaient à ses côtés. Séverine leur laissait à l’époque les coordonnées des galeries avec qui nous travaillons et l’adresse de notre site mais nous avons vite pensé qu’il serait plus convivial d’accueillir les visiteurs intéressés directement dans une pièce dédiée à l’atelier.

Au fil de la restauration de l’immeuble, nous avons finalement décidé de créer un véritable espace d’exposition.

Quel a été votre parcours avant de vous installer à Uzès ?

Le dessin et la peinture ont toujours eu une belle place dans ma vie depuis mon plus jeune âge. Né à Nîmes mais ayant quitté très jeune le Gard pour la Côte d’Opale où mon père avait été muté, j’ai commencé à exposer localement dans les années 1996-2000 tout en ayant une autre activité professionnelle. La proximité de l’Angleterre a fait que des galeristes britanniques ont été les premiers professionnels à remarquer mon travail et à l’exposer, non seulement au sein de leur galerie, mais surtout sur de prestigieux salons d’art contemporain.

Très rapidement, des galeristes français ont suivi et leur soutien m’a permis au bout de quelques années d’en faire mon métier. Et comme mon rêve avait toujours été de revenir un jour dans ma région natale, le fait de ne plus avoir d’autre activité professionnelle en parallèle m’a permis une totale mobilité, d’où l’installation de ma famille à Uzès dès 2013.

Vous peignez à l’acrylique. Cette matière vous donne-t-elle plus de latitude pour réaliser vos toiles ?

Je travaille de manière vive, d’un geste rapide, et en mouvement. Il faut une grande liberté dans ma technique et l’acrylique, par son temps de séchage court, me permet cette spontanéité.

Nous retrouvons majoritairement sur vos toiles du jaune, du bleu et du rouge. Ces couleurs sont-elles intrinsèquement à votre art, une signature en quelque sorte ? Quelle serait votre palette idéale ?

Comme ma fille Lola dont on peut voir les premières œuvres à la galerie, j’ai commencé par les techniques sèches : fusain, graphite, sanguine… peu de couleurs donc à mes débuts.

Le passage des techniques sèches à l’huile puis l’acrylique n’a pas modifié ma palette dans l’immédiat. Naturellement, les premières touches qui sont apparues étaient l’ocre, le rouge, et cette petite touche de bleu. Elles m’ont suivi longtemps jusqu’à cette révolution dans ma palette que déclencha mon arrivée à Uzès : inévitablement le vert est apparu, et même les orangés, le violet, le rose… Ma palette idéale devenant soudainement celle qui restituerait le mieux cette lumière qui nous séduit tous en arrivant à Uzès !

Font-elles partie d’une période particulière, et si oui, quelle est-elle ? Quelles ont été, dans ce cas, vos autres périodes, et le thème que vous avez peut-être choisi pour 2022 ?

Chaque année est singulière et, lorsque l’on regarde les périodes précédentes, elles sont inévitablement empreintes de la lumière du moment.

Art rock 2022 130x97cm©JaminLes saisons, les jours qui passent et la vie tout simplement marquent bien évidemment chacune de mes toiles.

2022 va être un peu différente. En plus de laisser librement mon inspiration teinter mes toiles, j’ai actuellement un projet bien défini autour d’un thème attendu pour un évènement qui se déroulera en Suisse en fin d’année. Plus de 30 toiles composeront cet évènement international autour d’un seul et même sujet que je pourrai révéler courant avril 2022…

Vous réalisez majoritairement des portraits, comme la série des Marins, pourquoi cette préférence ? Et pourquoi ont-ils souvent les yeux clos, une manière pour vous de donner libre cours à l’imagination des collectionneurs ?

L’Introportrait est effectivement un mot que j’ai créé à partir d’introspection et d’autoportrait. Il ne s’agit donc pas d’un autoportrait ni de la représentation de quelqu’un en particulier, mais de la création d’un visage qui pourrait restituer l’ensemble de nos émotions, de nos sentiments. Les yeux clos favorisent cette idée d’introspection.

Et effectivement, j’aime laisser sur chacune de mes toiles une grande liberté d’interprétation pour le regard de chacun.

En dehors de votre galerie, participez-vous à des expositions en France et à l’étranger ? Quels sont vos projets d’exhibition ou de vernissage en 2022 ?

Je travaille avec une vingtaine de galeries qui exposent en permanence mon travail en France comme à l’Etranger (Corée du Sud, Etats-Unis et Angleterre pour les principales).

En 2022, une exposition a lieu actuellement à Valence (26), à la Galerie Bost. De nombreux salons sont prévus : à Paris, à Toulouse, à Nantes, au Luxembourg, en Belgique, à Reims, à Lyon, à Monaco… et en décembre une exposition personnelle à Grenoble (Galerie Vent des Cimes) et cet évènement phare précédemment cité en Suisse.

Remerciements à Séverine et David Jamin pour leur collaboration à cet article, et pour les visuels transmis.

La bonne adresse : Atelier-Galerie Jamin, 9 rue Saint Théodorit, à Uzès. Ouvert tous les jours, sauf le jeudi, de 15h à 19 h, ou sur RV.

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !