Les vignes de Blauzac, près de la colline de la Librotte

Gorges ok

Le parc naturel régional

Le projet du parc naturel régional, qui deviendrait le 57e PNR de France, est accueilli favorablement par la majorité des communes incluses dans son périmètre.

Le parc naturel régional, un véritable travail d’équipe

Le Pôle d’Equilibre Territorial et Rural (PETR) Uzège Pont du Gard qui supervise le projet du parc travaille de concert avec la Région, les Communes et Communautés de communes, les autres acteurs publics locaux (SPL Destination Pays d’Uzès - Pont du Gard, Syndicat mixte des Gorges du Gardon…) et le secteur associatif (comme l’association de Saint Quentin la Poterie - Les Amis du Parc Naturel des Garrigues).

L’écriture de la charte, indissociable à la création d’un parc naturel, est également un ouvrage commun. Elle fixe notamment « les objectifs à atteindre, les orientations de protection, de mise en valeur et de développement du parc, ainsi que les mesures qui lui permettent de les mettre en œuvre. Elle permet d'assurer la cohérence et la coordination des actions menées sur le territoire du Parc par les diverses collectivités publiques ». Sa validité de 15 ans permet, au bout de ce laps de temps, de « redéfinir son nouveau projet et de reconduire son classement »¹. 

Les avantages d’un parc naturel régional

Les « plus » d’un parc naturel régional sont nombreux. En plus d’une plus grande visibilité touristique, le développement dans le domaine économique peut améliorer le bassin de l’emploi.

Les parcs naturels régionaux font également l’objet de subventions pour la durée de leur charte. Ces subventions sont allouées par l’Etat, mais aussi par le département, la région, voire même des acteurs privés. Elles soutiennent activement le virage plus prononcé du parc naturel vers la protection de l’environnement, l’agriculture biologique, la transition vers l’agro-écologie (comme c’est le cas pour le parc naturel régional du Morbihan), le développement des circuits courts, le soutien aux jeunes urbains désirant reprendre une exploitation dans la Ducherégion, l’expérimentation de cultures anciennes (comme dans le parc naturel régional du Luberon) ou la valorisation du patrimoine végétal, l’énergie verte, etc.

L’interaction avec les groupes scolaires dans le cadre d’actions pédagogiques est aussi prévue. Elle prépare en quelque sorte les générations futures aux enjeux d’un parc naturel dans le long terme.

Des atouts importants

Le périmètre actuel du parc, de plus de 720 000 ha, est encore sujet à discussion.

Il inclut le duché d’Uzès, labellisée Ville d’Art et d’Histoire depuis 2008 et Grand Site Occitanie.

​​​​​​​Etang capelle​​​​​​​Un riche patrimoine historique et naturel

Son centre-ville, dont nous devons la restauration dès le début des années 60 au ministre André Malraux et à la loi éponyme pour la préservation ​​​​​​​du patrimoine historique, est ​​​​​​​exceptionnel : De nombreux hôtels particuliers, comme celui de Chambon La Tour, qui accueille aujourd’hui la ​​​​​​​Maison d’Uzès, ou celui de Castille en face de l’évêché, la célèbre Place aux Herbes, la Tour Fenestrelle, seul campanile rond à la mode de Ravenne de France, 3 tours seigneuriales - la tour de l’Evêque, la tour du Duc et celle du Roi…

Mais Uzès, c’est aussi des sites naturels proches.

Citons par exemple la Vallée de l’Eure, vaste espace naturel et sauvage aux pieds du duché, où se découvre le tout début des conduites qui menaient l’eau de l’Alzon vers le Pont du Gard.

​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​Mont bousquet​​​​​​​De même, à un peu plus de 13 km, l’étang de la Capelle (photo), inscrit au Réseau Natura 2000 et deuxième zone humide de la région : Son ponton de 100 m de long permet depuis peu de « marcher sur les eaux », une façon originale de visiter ce vaste site, pouvant s’étendre sur 60 ha selon les saisons.

​​​​​​​​​​​​​​Ou bien encore les gorges du Gardon - réserve de biosphère depuis 2015, gérée par le Syndicat mixte des Gorges, qui s’étendent sur près de 14 000 ha, et ajoutent au cachet tourisme naturel de la région, tout comme les fosses de Fournès, à une vingtaine de kilomètres d’Uzès, et ses pitons arides d’argile blanche, un écosystème apprécié de la faune et de la flore, sans compter le Mont Bouquet (photo), haut lieu du parapente, ou les vastes espaces de garrigue.

​​​​​​​Trois Beaux Villages de France médiévaux

La Roque-sur-Cèze (photo), Montclus, et Lussan, labellisés Beaux Villages de France, sont également présents dans le Parc Naturel.

​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​La Roque-sur-Cèze, labellisé en 2007, est un village hissé sur un éperon rocheux. Les cascades du Sautadet non loin, surnommées Le saut du diable, ajoute à son charme et ​​​​​​​​​​​​​​La roque sur ceze​​​​​​​en font une étape importante dans la visite du Gard.

​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​Monclus, labellisé quant à lui en 2012, est surmonté des ruines de son château. La fin des gorges de la Cèze à deux pas, véritable havre de paix ​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​pour randonneurs et disciples ​​​​​​​du kayak, sont spectaculaires. Du haut des promontoires, la vue plongeante sur le site est vertigineuse.

​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​Lussan, labellisé en 2016, à une vingtaine de kilomètres d’Uzès, offre au visiteur, en dehors de son cachet historique, un aperçu de ce qu’était le monde des filatures de soie, activité qui cessa peut avant le 20e s. Une promenade à Lussan implique presque obligatoirement une visite au site minéral des Concluses, à seulement 5 kilomètres de là : en ​​​​​​​descendant à pied un dénivelé de plus de 200 m l’on rejoint de profondes gorges et un paysage lunaire une fois le lit de la rivière asséché.

Patrimoine gardois

En dehors de l’incontournable site du Pont du Gard inscrit à l’Unesco, il ne faut pas oublier l’important patrimoine historique du Gard en général, avec des villes ​​​​​​​touristiques de premier plan comme Nîmes, ville porte du Parc Naturel, en partie comprise dans le périmètre, ou Vézénobres. De même, Pont Saint-Esprit, Porte ​​​​​​​d’entrée de la Provence ​​​​​​​occitane, est riche de douze monuments historiques, dont la collégiale du 12e s et la Maison des Chevaliers qui accueille le musée d’art sacré du Gard (photo), et Bagnols-sur-Cèze, ​​​​​​​avec son Hôtel Gast de la Ramière du 15e s ou l’ancienne Pont saint esprit​​​​​​​Abbaye des Bernardines de Valsauve du 14e s.

​​​​​​​Essor touristique et rénovation des centres-villes

Il est certain que plusieurs communes gagneraient en essor touristique et pourraient bénéficier des attraits du parc naturel régional, pour rénover leur centre-ville, véritables musées à ciel ouvert sur l’architecture et l’histoire locales, tout comme des communes, inscrites au programme Petites villes de demain, telles qu’Aramon, ou bien Remoulins.

Remerciements à Sébastien de Vitot, Directeur du PETR Uzège Pont du Gard, pour sa collaboration.

Sébastien de Vitot est l’auteur du livre « Droit des labels touristiques » (Edts Colibri), sur la réglementation relative au Patrimoine mondial de l’Unesco, aux Plus beaux villages de France, … aux Parcs naturels nationaux et régionaux.

Source : ¹ https://www.parcs-naturels-regionaux.fr/les-parcs/charte-et-procedure-de-classement/charte-et-procedure-de-classement

 
  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.