depuis la place dampmartin, uzès©nb UzEssentiel

Balade à Beaucaire

Située à un peu plus de 35 kms d’Uzès et de Port Camargue, la ville de Beaucaire a comme avantage d’être en quelque sorte au cœur d’un périmètre tant touristique qu’historique, la voie domitienne se divisant ici pour partir sur Arles, Nîmes, Saint-Gilles...

 

canal de beaucaire©nb UzEssentiel

 

Si le géographe grec Strabon la surnomme Ougernon, ce sont les gallo-romains qui l’appelle Belloquadrum, origine du nom Beaucaire. Aujourd’hui, la Belcaïre du Moyen-Age se visite, pourquoi pas, au départ de son canal, qui fait partie du canal du Rhône à Sète.

Au fil des rues, voici bientôt le centre-ville, le champ de foire et, sur les hauteurs, le château qui domine la commune… Zoom sur quelques étapes phares de la visite.

 

Le canal du Rhône à Sète

Partant du Rhône et rejoignant Beaucaire, le canal qui longe la ville suit son chemin paisible jusqu’à Sète. Cette partie du canal, reliant Aigues-Mortes à Beaucaire, fut un ouvrage commencé par Étienne Grangent, alors directeur des travaux publics de la province du Languedoc, et continué dès 1773 par son fils, Stanislas-Victor Grangent, ingénieur des Ponts et Chaussées, à qui l'on doit notamment le pont d'Hérault, au lieu-dit le Sigal, entre Sumène et Saint-André-de-Majencoules.

Un des nombreux attraits de la ville, le canal est un décor fluvial particulièrement agréable, avec ses bateaux amarrés qui apportent couleurs et un faux air de voyage.

 

ccbta port de beaucaire©nb UzEssentielLa communauté de communes Beaucaire Terre d’Argence

Créée en 2002, la communauté Terre d’Argence réunit Beaucaire, Bellegarde, Fourques, Vallabrègues, Jonquières St-Vincent, porteuses de la même culture provençale. Entre économie, tourisme, patrimoine, on y retrouve 3 ports : ceux de Beaucaire, Vallabrègues et de Bellegarde.

 

La Terre d’Argence doit son nom aux reflets argentés des peupliers qui bordent le Rhône (provence-camargue-tourisme)

 

La foire de Beaucaire, une renommée européenne

« Connue sous le nom de la foire de la Sainte Marie-Madeleine, elle donne à Beaucaire dès le début du 18e s » une aura tout à fait particulière« Considérée comme l’une des plus importantes places marchandes du royaume et de l’Europe aux côtés de Francfort et de Leipzig, et rassemblant chaque année plus de 100 000 visiteurs par jour »*, la foire de Beaucaire atteint son apogée en plein siècle des Lumières.

 

forteresse©nb UzEssentiel

 

Le château de Beaucaire

Depuis sa situation dominante, cette imposante forteresse s’élève proche des ruines d’un temple romain. Du château médiéval, dont les origines plongent au 11e s, à la forteresse d’aujourd’hui (démentelée en 1632 par Louis XIII), devenue Monument Historique en 1875 et abritant le musée d’histoire et d’archéologie de la ville, on retrouve une des « principales résidences palatiales des Comtes de Toulouse ».

Le parc qui l'entoure, classé et membre du Comité des Parcs et Jardins de France, s’étend sur 3 ha. Ses allées permettent de se promener entre les pins d’Alep, les frênes, les lauriers tin, les oliviers, les micocouliers et autres fleurs.

 

ancienne frise romane 12e s notre dame des pommiers©nb UzEssentiel

 

L'église Notre-Dame-des-Pommiers

La collègiale du 18e s Notre-Dame-des-Pommiers, construite à l'emplacement de l'ancienne chapelle Sainte-Catherine, et Monument Historique depuis 1942, est précédée d'une imposante façade.  Sa haute coupole, quant à elle, s'élève au-dessus du transept, à presque 30 m de haut. 

clocher à crochets beaucaire©nb UzEssentiel

chapelle saint paul©nb UzEssentiel

 

La chapelle Saint-Paul

Comme enchâssée entre les murs des autres bâtiments du quartier, la chapelle Saint-Paul de style gothique provençal, Monument Historique depuis 2005, appartenait au couvent des cordeliers. Construite dès 1360 sur un ancien édifice roman, la chapelle voit l’arrivée de son chœur en 1450. Sa surprenante flèche à crochets, un style typique des clochers méridionaux du 15e s, est visible de loin.

 

Beaucaire, une histoire d’hôtels particuliers

Comment visiter Beaucaire sans se laisser entraîner à la découverte de ses nombreux hôtels particuliers, qui ponctuent la promenade en centre-ville.

Notons bien évidemment l'étape presque obligatoire que représente l’hôtel particulier qui accueille la Maison du tourisme et du patrimoine, à deux pas de la place du marché médiéval (dont les arcades et les façades ont été restaurées au 18e s), désormais place de la république : « La demeure a été construite au XVe s. par « Sieur Robert Fournier de Beauregard », dans le quartier de la Fusterie regroupant les charpentiers de marine, au voisinage de la porte du Port (autrement dénommée porte Beauregard), qu’il faut emprunter pour entrer en ville depuis le Rhône. Le cadastre de 1593 décrit une maison à trois étages vers la porte Beauregard, avec étable, porche, cour, jardin et puits. L’ensemble représente alors une surface au sol de plus de 1 000 m² » *.

 

le drac©nb UzEssentiel

Sur la place du marché médiéval, aujourd'hui place de la république, on peut retrouver la sculpture du Drac, d'Eric Felices.

Elle rappelle une légende écrite vers 1215 par Gervais de Tilbury, chevalier, homme politique et écrivain.

Le drac était un être fantastique, un monstre invisible tapi dans les profondeurs du fleuve, qui dévorait les lavandières...

 

zoom cariatides©nb UzEssentiel

 

Il y a aussi l’Hôtel de Margallier, appelé à juste titre la maison des Cariatides, construit entre 1675 et 1680 par le sieur Jean-Baptiste Arnaud de Margallier, et l’Hôtel de Roys de Lédignan, « du nom d’une ancienne famille de Beaucaire dont les membres occupèrent plusieurs fois la charge de Consul ».

hotel de ville beaucaire©nb UzEssentiel​​​​​​​hotel de clausonettes©nb UzEssentiel​​​​​​​Quant à l'hôtel de Clausonnettes, qui date du 18e s, il est inscrit en partie aux Monuments Historiques depuis 1946.  Déjà restauré en 1745 par son ancien propriétaire, le seigneur de Clausonne, qui lui donne son nom, l'avait, il a fait l'objet de nouveaux travaux de restauration à la fin des années 80.

L'hôtel de ville, Monument Historique depuis 1925, a été construit entre 1679 et 1683 par l'architecte nîmois Jacques Cabizol. Situé à quelques mètres des anciennes halles de la ville, devenues à présent le conservatoire de Beaucaire, il était le siège des conservateurs des privilèges de la foire.

 

blason ville de beaucaire​​​​​​​A savoir : Le Souper de Beaucaire est un pamphlet politique écrit par Napoléon Bonaparte en 1793, sous la Terreur, réédité en 1798 et 1821.

A savoir : Chaque année en juillet, les rencontres équestres méditerranéennes sont organisées à Beaucaire. Il y a également Les Estivales, des rencontres tauromachiques, rappelant que Beaucaire fait partie de l’Union des villes taurines françaises et possède une sculpture de Taureau cocardier Goya, du sculpteur ardéchois Camille Soccorsi, place Jean-Jaurès.

Le blason de Beaucaire : Écartelé d'or et de gueules

Source : * www.provence-camargue-tourisme-com

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !