les lavandes de la distillerie Bel Air©Pay.attention.to.details

Le Causse Méjean et les chevaux de Przewalski

UK - Réintroduits en 1990 grâce à la fondation Takh dans le Causse Méjeansur les hauteurs sauvages de la Lozère, les chevaux de Przewalski parcourent aujourd’hui en toute liberté un site naturel exceptionnel au cœur du parc naturel des Cévennes.

Descendants des premiers chevaux de Przewalski provenant de zoos européens, la communauté actuelle compte à présent plus de 50 chevaux totalement sauvages et parfaitement adaptés à cet environnement rigoureux, battu par les vents.

Bandeau chevaux ciel causseLe Causse Méjean et le hameau du Villaret

La découverte de l’élevage des chevaux de Przewalski du Causse Méjean permet également la visite du hameau Le Villaret où, jusque dans les années 70, les bergers passaient pour rejoindre l’Aubrac, et où certains restaient le temps complet de l’estive, de mai à octobre (Parc national des Cévennes).

Carre villaret four et maisonMaisons typiques en pierre calcaire du Causse, basses et robustes, les bâtisses caussenardes rustiques du hameau s’élèvent dans un site inscrit au patrimoine mondial de l’humanité depuis 2011.

Parmi celles-ci, outre le four commun où se cuisait le pain mais également les cocottes de terre pour le gibier et les gâteaux, on peut apercevoir la ferme réhabilitée en 2009, qui accueille une des équipes de terrain du Parc national des CévennesA l’origine, le rez-de-chaussée était occupé par la bergerie, « la soue » à cochon et la citerne. Au premier étage, c’était l’habitation. Un plancher séparait cet étage du grenier, qui servait pour le stockage des grains et pour loger les travailleurs saisonniers (Parc national des Cévennes).

Si aujourd’hui il n’y a plus de bergers, la transhumance perdurant désormais sur le mont Lozère et l’Aigoual, les installations de la fondation Takh, face au hameau, redonnent vie depuis 1993 au hameau et attirent les visiteurs de France et d’ailleurs.

Carre villaret chevauxLe saviez-vous ? - Occupé dès la préhistoire (on aperçoit encore des dolmens et des menhirs), le Causse Méjean accueille dès le 10e s de grandes abbayes, comme celle de Saint Chaffre. Voulant étendre leur domination, des moines créent des cellae, de petites unités agricoles, le long des axes de communication, à l’origine des hameaux actuels. C’est alors que l’agropastoralisme s’enracine sur le Méjean (Parc national des Cévennes).

- Le parc national des Cévennes, qui s’étend entre l’Ardèche, le Gard et la Lozère et où l’on observe 5 massifs, l’Aigoual, Causses-Gorges, le mont Lozère, les vallées cévenoles et le piémont cévenol, a été créé en 1970. Regroupant 122 communes, il fait partie des 11 parcs nationaux de France. Réserve de biosphère depuis 1985, le parc national des Cévennes est aussi Réserve internationale de ciel étoilé depuis 2018.

Claudia Feh et les chevaux de Przewalski

L’éthologue et biologiste suisse Claudia Feh, passionnée par les chevaux et grande spécialiste de leur comportement, fonde en 1990 TAKH, l’association pour le cheval de Przewalski.

Engagée dans la sauvegarde de cette espèce préhistorique vouée à disparaître dans les années 60, redécouverte à la fin du 19e s en Mongolie, Claudia Feh met ses nombreuses années d’étude des chevaux camarguais à contribution pour comprendre et anticiper les besoins des chevaux de Przewalski, une espèce farouche et indomptable.

Avec son association, Claudia Feh se lance dans la réintroduction des chevaux de Przewalski en 1993 puis en 1994, dans un pays sauvage à souhait et parfait pour leur acclimatation, sans assistance humaine pour leur permettre de reproduire certains mécanismes de sélection naturelle.

L’élevage du Villaret permet aussi la conservation des pelouses sèches du Causse Méjean et de milieux naturels riches en flore et faune.

Un projet frère, le projet mongol de Khomyn Talyn Takhi

Près du parc national des Lacs noirs au nord de la Mongolie (dont une partie est classée au patrimoine mondial de l’Unesco), des chevaux de Lozère sont venus peupler depuis 2004 une région hostile, idéale pour cette race primitive, en collaboration avec la population locale.

Sources et informations : Parc national des Cévennes, Fondation Takh

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !