les gorges du Gardon, depuis la Maison du castor, à Collias

Portraits

  • Dany‌ ‌Rousson,‌ ‌une‌ ‌romancière‌ ‌gardoise‌ ‌prend‌ la‌ ‌plume‌

    Dsc04963Dany‌ ‌Rousson,‌ ‌dont‌ ‌le‌ ‌dernier‌ ‌opus‌, ‌‌La‌ ‌Vie‌ ‌cachée‌ ‌de‌ ‌Lola‌,‌ ‌faisait‌ ‌partie‌ ‌de‌ ‌la‌ ‌sélection‌ ‌de‌ ‌lecture‌ ‌estivale‌ ‌de‌ ‌Maïté,‌ ‌partage‌ ‌avec‌ ‌UzEssentiel‌ ‌son‌ ‌parcours,‌ ‌ses‌ ‌coups‌ ‌de‌ ‌cœur,‌ ‌ses‌ ‌passions,‌ ‌et‌ ‌ses‌ ‌projets.‌ 

    Entretien‌ 

    Bonjour‌ ‌Dany‌ ‌Rousson,‌ ‌et‌ ‌un‌ ‌grand‌ ‌merci‌ ‌pour‌ ‌votre‌ ‌participation‌ ‌à‌ ‌la‌ ‌section‌ ‌Portraits ‌d’UzEssentiel,‌ 

    Votre‌ ‌dernier‌ ‌livre‌ ‌‌« La‌ ‌vie‌ ‌cachée‌ ‌de‌ ‌Lola‌‌ »vient‌ ‌de‌ ‌paraître.‌ ‌Avez-vous‌ ‌déjà‌ ‌des‌ ‌projets‌ ‌pour‌ ‌un‌ ‌nouvel‌ ‌opus ?‌ 

    Bonjour.‌ ‌Je‌ ‌suis‌ ‌en‌ ‌cours‌ ‌d’écriture‌ ‌d’un‌ ‌prochain‌ ‌roman‌ ‌qui‌ ‌devrait‌ ‌paraître‌ ‌en‌ ‌mai‌ ‌2022,‌ ‌toujours‌ ‌édité‌ ‌par‌ ‌les‌ Presses‌ ‌de‌ ‌la‌ ‌cité,‌ ‌dans‌ ‌la‌ ‌collection‌ ‌Terres‌ ‌de‌ ‌France. ‌Ce‌ ‌sera‌ ‌mon‌ ‌sixième‌ ‌roman.‌ 

    Vous‌ ‌résidez‌ ‌tout‌ ‌proche‌ ‌d’Uzès,‌ ‌dans‌ ‌un‌ ‌village‌ ‌peu‌ ‌touristique‌ ‌mais‌ ‌oh‌ ‌combien‌ ‌charmant.‌ ‌Etes-vous‌ ‌originaire‌ ‌du‌ ‌Gard‌ ‌ou‌ ‌vous‌ ‌y‌ ‌êtes-vous‌ ‌installée‌ ‌plus‌ ‌tard ?‌ 

    Je‌ ‌suis‌ ‌native‌ ‌d’Uzès,‌ ‌j’y‌ ‌ai‌ ‌passé‌ ‌toute‌ ‌mon‌ ‌enfance,‌ ‌mon‌ ‌adolescence‌ ‌et‌ ‌une‌ ‌grande‌ ‌partie‌ ‌de‌ ‌ma‌ ‌vie‌ ‌d’adulte.‌ ‌C’est‌ ‌une‌ ‌ville‌ ‌que‌ ‌j’aime‌ ‌profondément.‌

    Même‌ ‌si‌ ‌je‌ ‌pense‌ ‌très‌ ‌bien‌ ‌la‌ ‌connaître,‌ ‌je‌ ‌pose‌ ‌toujours‌ ‌sur‌ ‌elle‌ ‌des‌ ‌yeux‌ ‌amoureux.‌ ‌Dire‌ ‌« Je‌ ‌suis‌ ‌d’Uzès »,‌ ‌pour‌ ‌moi‌ ‌ce‌ ‌n’est‌ ‌pas‌ ‌rien.‌ ‌Où‌ ‌que‌ ‌je‌ ‌vive,‌ ‌je‌ ‌serai‌ ‌toujours‌ ‌d’Uzès.‌ 

    Depuis‌ ‌votre‌ ‌premier‌ ‌roman‌ ‌‌« Les‌ ‌Genêts‌ ‌de‌ ‌Saint-Antonin »‌,‌ ‌paru‌ ‌en‌ ‌2014‌ ‌et‌ ‌prix‌ ‌Coup‌ ‌de‌ ‌cœur‌ ‌des‌ ‌lectrices‌ ‌Femme‌ ‌Actuelle,‌ ‌vous‌ ‌avez‌ ‌été‌ ‌très‌ ‌prolifique.‌ ‌‌« L’ensoleillée‌‌ »en‌ ‌2016,‌ ‌« L’été‌ ‌retrouvé‌‌ »en‌ ‌2018,‌ ‌‌« Pour‌ ‌le‌ ‌sourire‌ ‌de‌ ‌Lenny‌ »,‌ ‌où‌ ‌trouvez-vous‌ ‌votre‌ ‌inspiration ?‌ 

    Je‌ ‌m’inspire‌ ‌de‌ ‌la‌ ‌vie‌ ‌en‌ ‌général.‌ ‌Étant‌ ‌très‌ ‌observatrice,‌ ‌je‌ ‌choisis‌ ‌des‌ ‌sujets‌ ‌qui‌ ‌me‌ ‌touchent‌ ‌particulièrement,‌ ‌comme‌ ‌le‌ ‌handicap‌ ‌dans‌ ‌« Les‌ ‌genêts‌ ‌de‌ ‌Saint-Antonin »,‌ ‌la‌ ‌recherche‌ ‌de‌ ‌ses‌ ‌origines‌ ‌dans‌ ‌« L’ensoleillée¨ »,‌ ‌l’amitié‌ ‌contrariée‌ ‌dans‌ ‌« L’été‌ ‌retrouvé »,‌ ‌ainsi‌ ‌que‌ ‌la‌ ‌déchéance‌ ‌et‌ ‌résilience‌ ‌d’un‌ ‌sdf‌ ‌avec‌ ‌« Pour‌ ‌le‌ ‌sourire‌ ‌de‌ ‌Lenny ».‌

    Lola couverture reduiteAvec‌ ‌mon‌ ‌nouveau‌ ‌roman‌ ‌« La‌ ‌vie‌ ‌cachée‌ ‌de‌ ‌Lola »,‌ ‌j’ai‌ ‌eu‌ ‌envie‌ ‌d’évoquer‌ ‌l’attachement‌ ‌indéfectible‌ ‌de‌ ‌deux‌ ‌sœurs‌ ‌issues‌ ‌de‌ ‌l’immigration‌ ‌espagnole‌ ‌sous‌ ‌le‌ ‌régime‌ ‌de‌ ‌Franco,‌ ‌les‌ ‌drames‌ ‌secrets‌ ‌qu’elles‌ ‌ont‌ ‌voulu‌ ‌oublier‌ ‌et‌ ‌leurs‌ ‌nouvelles‌ ‌vies‌ ‌dans‌ ‌le‌ ‌sud‌ ‌de‌ ‌la‌ ‌France,‌ ‌construites‌ ‌sur‌ ‌des‌ ‌non-dits‌ ‌et‌ ‌des‌ ‌secrets‌ ‌de‌ ‌famille.‌ ‌ ‌

    J’aime‌ ‌transmettre‌ ‌des‌ ‌émotions,‌ ‌passer‌ ‌du‌ ‌chaud‌ ‌au‌ ‌froid,‌ ‌d’étonnement‌ ‌en‌ ‌stupéfaction,‌ ‌ceci‌ ‌jusqu’à‌ ‌la‌ ‌dernière‌ ‌ligne‌ ‌de‌ ‌mes‌ ‌romans.‌ ‌Qu’est-ce‌ ‌qui‌ ‌nous‌ ‌garde‌ ‌plus‌ ‌vivant‌ ‌que‌ ‌les‌ ‌émotions‌ ‌?‌ 

    ‌Comment‌ ‌préparez-vous‌ ‌vos‌ ‌livres‌ ‌–‌ ‌recherches,‌ ‌sources,‌ ‌sujets‌ ‌de‌ ‌prédilection,‌ ‌etc ?‌ 

    J’écris‌ ‌d’abord‌ ‌un‌ ‌synopsis‌ ‌de‌ ‌quelques‌ ‌pages‌ ‌qui‌ ‌sera‌ ‌le‌ ‌fil‌ ‌conducteur‌ ‌de‌ ‌mon‌ ‌roman.‌ ‌Ensuite‌ ‌je‌ ‌crée‌ ‌mes‌ ‌personnages,‌ ‌très‌ ‌en‌ ‌détail,‌ ‌afin‌ ‌qu’ils‌ ‌soient‌ ‌presque‌ ‌vivants.‌ ‌J’aime‌ ‌à‌ ‌penser‌ ‌que‌ ‌nous‌ ‌pourrions‌ ‌les‌ ‌croiser‌ ‌dans‌ ‌la‌ ‌rue‌ ‌!‌

    Je‌ ‌fais‌ ‌des‌ ‌recherches‌ ‌sur‌ ‌les‌ ‌lieux‌ ‌où‌ ‌je‌ ‌vais‌ ‌conduire‌ ‌mon‌ ‌histoire‌ ‌mais‌ ‌aussi‌ ‌sur‌ ‌la‌ ‌période‌ ‌où‌ ‌elle‌ ‌va‌ ‌se‌ ‌dérouler.‌ ‌Je‌ ‌retranscris‌ ‌une‌ ‌partie‌ ‌de‌ ‌son‌ ‌actualité,‌ ‌de‌ ‌sa‌ ‌mode,‌ ‌de‌ ‌sa‌ ‌musique‌ ‌pour‌ ‌recréer‌ ‌une‌ ‌ambiance.‌ ‌Il‌ ‌est‌ ‌important‌ ‌que‌ ‌le‌ ‌lecteur‌ ‌se‌ ‌sente‌ ‌immergé‌ ‌dans‌ ‌le‌ ‌roman,‌ ‌c’est‌ ‌ce‌ ‌qui‌ ‌lui‌ ‌permet‌ ‌de‌ ‌s’évader.‌

     ‌Au‌ ‌sujet‌ ‌des‌ ‌sources,‌ ‌je‌ ‌me‌ ‌tourne‌ ‌souvent ‌vers‌ ‌le‌ ‌vécu‌ ‌en‌ ‌écoutant‌ ‌les‌ ‌anciens‌ ‌parler‌ ‌de‌ ‌leurs‌ ‌villages.‌ ‌Ils‌ ‌sont‌ ‌leur‌ ‌âme,‌ ‌plus‌ ‌que‌ ‌certains‌ ‌livres.‌ 

    Vous‌ ‌venez‌ ‌de‌ ‌participer‌ ‌au‌ ‌‌Salon‌ ‌Lussan‌ ‌se‌ ‌livre‌,‌ ‌avez-vous‌ ‌prévu‌ ‌de‌ ‌participer‌ ‌à‌ ‌d’autres‌ ‌manifestations‌ ‌culturelles,‌ ‌dans‌ ‌la‌ ‌région,‌ ‌en‌ ‌France avant‌ ‌la‌ ‌fin‌ ‌de‌ ‌l’année‌ ‌?‌ 

    Oui,‌ ‌je‌ ‌serai‌ ‌présente‌ ‌au‌ ‌Salon‌ ‌du‌ ‌livre‌ ‌et‌ ‌de‌ ‌l'imaginaire ‌de‌ ‌Marignane,‌ ‌sur‌ ‌le‌ ‌cours‌ ‌Mirabeau,‌ ‌le‌ ‌samedi‌ ‌18‌ ‌septembre.‌ Les‌ ‌25‌ ‌et‌ ‌26‌ ‌septembre,‌ ‌j’ai‌ ‌la‌ ‌chance‌ ‌d’être‌ ‌invitée‌ ‌au‌ ‌festival‌ ‌Villeneuve‌ ‌se‌ ‌livre ‌à‌ ‌Villeneuve‌-sur‌-Lot‌ ‌(‌Lot‌ ‌et‌ ‌Garonne)*.‌

    ‌Le‌ ‌16‌ ‌octobre,‌ ‌je‌ ‌serai‌ ‌au‌ ‌Salon‌ ‌du‌ ‌livre‌ ‌de‌ ‌Quissac.‌ ‌Le‌ ‌dimanche‌ ‌24‌ ‌octobre,‌ ‌c’est‌ ‌la‌ ‌ville‌ ‌de‌ ‌Laudun‌ ‌qui‌ ‌m’a‌ ‌fait‌ ‌le‌ ‌plaisir‌ ‌de‌ ‌m’inviter‌ ‌en‌ ‌tant‌ ‌qu’invitée‌ ‌d’honneur‌ ‌de la Fête ‌du‌ ‌livre‌ ‌2021*.

    Du 5 au 7 novembre, je rencontrerai les lecteurs à la belle Foire du livre de Brive en Corrèze et, le 11 décembre,  ‌je‌ ‌ferai ‌une‌ ‌intervention‌ ‌à‌ ‌la‌ ‌médiathèque‌ ‌de‌ ‌Margueritte‌s ‌autour‌ ‌de‌ ‌mes‌ ‌romans*.

    D’autres‌ ‌dates‌ ‌de‌ ‌dédicaces‌ ‌se‌ ‌présenteront‌ ‌au‌ ‌fil‌ ‌des‌ ‌semaines‌ ‌à‌ ‌venir.‌ 

    Photo 1 recadreeEn‌ ‌tant‌ ‌qu’écrivain,‌ ‌participez-vous‌ ‌à‌ ‌un‌ ‌partage‌ ‌de‌ ‌savoir,‌ ‌comme‌ ‌cela‌ ‌se‌ ‌fait‌ ‌beaucoup‌ ‌aujourd’hui,‌ ‌organisez-vous‌ ‌des‌ ‌conférences,‌ ‌des‌ ‌ateliers‌ ‌d’écriture,‌ ‌pour‌ ‌présenter‌ ‌votre‌ ‌travail,‌ ‌encadrer‌ ‌des‌ ‌écrivains‌,‌ ‌ou‌ ‌des‌ ‌présentations‌ ‌auprès‌ ‌des‌ ‌établissements‌ ‌scolaires‌ ‌de‌ ‌la‌ ‌région ?‌

    Je‌ ‌fais‌ ‌déjà‌ ‌des‌ ‌conférences‌ ‌en‌ ‌médiathèques‌ ‌autour‌ ‌de‌ ‌mes‌ ‌romans,‌ ‌que‌ ‌j’appelle‌ ‌plus‌ ‌simplement‌ ‌des‌ ‌interventions‌ ‌car‌ ‌le‌ ‌terme‌ ‌est‌ ‌moins‌ ‌pompeux.‌

    J’ai‌ ‌eu‌ ‌le‌ ‌grand‌ ‌plaisir‌ ‌d’intervenir‌ ‌en‌ ‌2020‌ ‌et‌ ‌2021‌ ‌auprès‌ ‌des‌ ‌élèves‌ ‌de‌ ‌quatrième‌ ‌du‌ ‌collège‌ ‌Saint-Firmin,‌ ‌lors‌ ‌de‌ ‌la‌ ‌semaine‌ ‌de‌ ‌la‌ ‌lecture.‌ ‌J’ai‌ ‌vraiment‌ ‌apprécié‌ ‌cet‌ ‌échange‌ ‌avec‌ ‌les‌ ‌jeunes,‌ ‌leur‌ ‌spontanéité‌ ‌et‌ ‌leur‌ ‌motivation.‌

    Pour‌ ‌moi,‌ ‌encadrer‌ ‌un‌ ‌atelier‌ ‌d’écriture‌ ‌me‌ ‌semble‌ ‌plus‌ ‌délicat.‌ ‌Je‌ ‌pense‌ ‌qu’il‌ ‌n’y‌ ‌a‌ ‌pas‌ ‌une‌ ‌bonne‌ ‌façon‌ ‌d’écrire,‌ ‌mais‌ ‌des‌ ‌façons‌ ‌d’écrire.‌ ‌Je‌ ‌me‌ ‌verrai‌ ‌mal‌ ‌donner‌ ‌des‌ ‌conseils‌ ‌qui‌ ‌risqueraient‌ ‌de‌ ‌brimer‌ ‌un‌ ‌amateur‌ ‌qui,‌ ‌parce qu’il‌ ‌n’aurait‌ ‌pas‌ ‌le ‌même‌ ‌point de vue ‌que‌ ‌moi,‌ ‌pourrait‌ ‌passer‌ ‌à‌ ‌côté‌ ‌de‌ ‌son‌ ‌talent.‌

    L’écriture‌ ‌se‌ ‌ressent,‌ ‌se‌ ‌vit.‌ ‌Elle‌ ‌dépend‌ ‌de‌ ‌l’histoire‌ ‌et‌ ‌du‌ ‌vécu‌ ‌de‌ ‌chacun.Tout‌ ‌cela‌ ‌est‌ ‌très‌ ‌personnel.‌

    * Plus d'informations  sur les salons : Salon du livre et de l'imaginaire de Marignane, Villeneuve se livre à Villeneuve-sur-Lot, Salon du livre de Quissac, Fête du livre de Laudun et Fête du livre du Var, Foire du livre de Brive.

    Remerciements à Dany Rousson pour sa collaboration à cet entretien.

  • Gérard Lo Monaco, un artiste avec le sens de la couleur

    Lo monaco photo olivier placetSur le devant de la scène uzétienne avec l’exposition Jeux d’Enfance qui lui est consacrée à la médiathèque du 18 septembre au 24 octobre, Gérard Lo Monaco est également à découvrir pour son important rôle sur la scène artistique française et internationale.

    Graphiste, illustrateur, scénographe... grandes lignes d'une carrière internationale

    Tour à tour graphiste, illustrateur, scénographe, Gérard Lo Monaco apporte un ton très personnel à l’illustration.

    « Lauréat du 59th Grammy Awards comme directeur artistique pour le meilleur Art work, packaging d’Edith Piaf, chez Warner Music France, Gérard Lo Monaco se forme dès 1967 « aux Presses Universitaires de France à la typographie au plomb et aux métiers de l’imprimerie ».

    De nombreuses collaborations avec des maisons d’éditions françaises

    Collaborant en tant qu’artiste indépendant depuis 1967 avec de nombreuses maisons d’éditions françaises, dont Arthaud, les Editions Maritime et d’Outremer et Gallimard, il crée également d'nnombrables couvertures et maquettes pour les Editions Tchou.

    Lo monaco cedro pop up symphonie okGrand Magic Circus de Jérôme Savary et compagnie Charivari

    Sa collaboration avec « Jean-Jacques Pauvert, André Balland, Robert Delpire, précurseurs en France du livre objet » marque un tournant décisif dans sa carrière, tout comme sa participation à la création des décors dès 1979, grâce notamment à sa rencontre avec l'incontournable metteur en scène et directeur de théâtre Jérôme Savary, comme lui franco-argentin et né à Buenos Aires, la troupe du Grand Magic Circus et la création de sa propre « compagnie, Charivari, théâtre de marionnettes à fil…» avec laquelle il « parcourt de nombreuses scènes de théâtre et de festivals en France et en Europe ».

    De la série La souris noire aux pochettes d’artistes

    Devenu directeur artistique « des éditions Syros en 1995, il rénove la série La Souris noire, première collection de polars pour les jeunes lecteurs » avant que son design graphique pour les pochettes de certains artistes de Virgin Music ne lui ouvre de nouveau les portes de la scénographie.

    D’Albin Michel au label Mañana Music

    Lo monaco pompon mes pochoirsDirecteur artistique du secteur jeunesse chez Albin Michel, puis créateur du studio graphique Les Associés réunis et des éditions Hélium, voici venu le temps du label Mañana Music, où « il publie une série de disques sous forme de pop-up » et de la « collection de jouets en bois des animaux de François Pompon ».

    Le monde de Gérard Lo Monaco, un monde haut en couleur !

    Plus d'informations sur le site de l'artiste

    Remerciements à Gérard Lo Monaco et à Julia Petersen, Chargée de projets culturels  Marina Cedro & Gérard Lo Monaco - Lo Monaco Studio, pour leur collaboration à ce portrait 

  • Portrait de Sarah Mc Mullin, auteur de « La confiance, la clé de la naissance »

    Sarah Mc Mullin, sage-femme à Uzès, vient de publier début mai son livre « La confiance, une clé pour la naissance », aux éditions Bayard.

    Livrant ses souvenirs de sage-femme en milieu hospitalier et dans son cabinet libéral, elle y aborde également ses interrogations par rapport à la relation patiente/praticien, son expérience, ses méthodes de travail, ses recherches…

    Entretien

    Sarah, vous avez fondé votre cabinet à Uzès en 2012. Après avoir travaillé pendant de nombreuses années en milieu hospitalier dans des maternités de niveau I, II et III (les niveaux des maternités correspondant notamment à la présence ou pas d’un service de réanimation néonatale), vous avez ainsi décidé de partir dans le libéral, pourquoi ce choix ?

    J’ai en effet exercé dans des maternités très différentes. Notamment j’ai beaucoup aimé travailler dans la maternité d’Arles où je m’y suis sentie très libre, tout en étant à la fois bien entourée.

    M’installer en libéral m’a permis de pouvoir développer une autre qualité de relation avec mes patientes, sur du long terme et plus axé sur la prévention que sur l’urgence.

    Quelle est la relation que vous désirez créer avec vos patientes ?

    La relation est différente avec chacune, et évolue au fil du temps.

    Liberté, respect, autonomie, confiance et sécurité sont des valeurs qui me semblent essentielles pour une relation de soin de qualité.

    Un aspect important est de permettre aux femmes de faire leurs propres choix, en leur donnant les clés et les informations nécessaires, en respect avec leurs priorités et leurs croyances.

    Vous proposez d’accompagner les femmes pendant leur grossesse, de les préparer à l’accouchement. Vous offrez également des services comme l’homéopathie, l’hypnose, l’acupuncture, le yoga pré et post natal. Que trouvez-vous d’enrichissant dans toutes ces approches de la vie d’une femme ?

    Dans un cabinet de sage-femme, il est beaucoup question de prévention.

    Le yoga, l’acupuncture et l’hypnose sont des méthodes accessibles à tous, naturelles et sans risque. Elles permettent d’améliorer l’hygiène de vie, de se renforcer mais aussi d’apprendre à se relaxer, de diminuer les sources de stress et contribuent à une meilleure qualité de vie.

    Pendant la grossesse, il vaut mieux éviter la prise de médicament, ce qui laisse une grande place aux médecines traditionnelles comme l’acupuncture, aux exercices de yoga et à l’hypnose.

    Après avoir animé des séances parents-enfants pour la Communauté des Communes d’Uzès, vous avez ajouté une corde à votre arc, le rôle de formatrice. Depuis 2016, vous formez par exemple à l’examen clinique du nouveau-né en salle de naissance. A qui sont destinées ces formations ?

    Je propose chaque année plusieurs formations aux sages-femmes : Initiation à la médecine chinoise et à l’acupression et yoga en périnatalité.

    J’enseigne également à la faculté de médecine aux sages-femmes qui suivent le Diplôme interuniversitaire (DIU) d’acupuncture obstétricale.

    Enfin, je propose une formation en duo avec Coralie Bascou, ostéopathe à Uzès, intitulée « de la pré-conception à la naissance », destinée aux ostéopathes qui souhaitent se perfectionner à la prise en charge des femmes enceintes.

    Vous venez de publier début mai votre livre « La confiance, une clé pour la naissance », aux Editions Bayard. Depuis quand murissez-vous ce projet de livre ? Combien de temps avez-vous mis à compiler vos souvenirs ? Aviez-vous auparavant songé à coucher par écrit vos rencontres, vos découvertes, votre conception du métier de sage-femme ?

    J’ai commencé à écrire ce livre il y a 2 ans, mais cela faisait plusieurs années que j’y réfléchissais. L’écriture a toujours fait partie de ma vie. Elle me permet de prendre du recul et de mieux réfléchir.

    Vous y décrivez votre expérience de sage-femme qui, au fil des années, s’est étoffée de moments forts, de témoignages qui font au final le sel de votre profession. Comment avez-vous organisé les chapitres de votre livre ?

    Le livre se construit autour des principales questions que les femmes me posent lorsqu’elles attendent un enfant.

    J’y aborde les croyances les plus répandues. A travers des exemples, j’amène petit à petit le lecteur à découvrir ses propres ressources qui seront utiles pour le jour de la naissance.

    Le livre parle également de comment accompagner une femme qui va accoucher.

    Je donne aussi des clés pour aider le bébé dans les premiers instants pour une arrivée au monde sereine.

    Pouvez-vous nous citer quelques exemples que vous présentez dans votre livre, ou un extrait ?

    Voici la 4ème de couverture :

    « Au cours de son expérience de sage-femme, Sarah Mc Mullin a remarqué que les mamans qui accouchent de leur premier enfant sont parfois plus passives, acceptant de nombreux conseils, et qu'il faut souvent attendre le troisième enfant pour qu'elles osent faire confiance à leur instinct et qu'elles refusent ce qui ne leur convient pas. Pourquoi devoir attendre d'avoir plusieurs enfants pour être capable de s'affirmer ? Se préparer à ce grand moment qu'est l'accouchement, c'est aussi gagner cette confiance des parents en eux-mêmes.

    Sarah Mc Mullin appelle dans cet ouvrage à faire connaissance avec son corps, à l'écouter mais aussi à lui parler (voire à le distraire quand il n'en peut plus), à apprendre quelle est sa force mais aussi les ruses qu'il faut parfois utiliser avec lui.

    Loin de tout dogmatisme ou de toute idéologie, Sarah Mc Mullin tisse son livre d'histoires belles et émouvantes, et parfois drôles. Dans ces expériences, elle a appris à lire toute la sagesse de la relation que nouent parents et enfants autour de la naissance. Une relation unique que les parents et les bébés sont les premiers à savoir déchiffrer. Et qu'elle partage ici pour apprendre à vivre la sagesse des naissances.

    Une préface de la philosophe Vinciane Despret éclaire le sens de cet ouvrage unique et généreux ».

     

    Retrouvez Sarah Mc Mullin pour une séance dédicace sur la place aux Herbes, à Uzès, lors de la Journée du livre, dimanche 23 mai 2021.

    La bonne adresse : Le cabinet de Sarah Mc Mullin, rue des cèdres, 30700 Uzès, 06 13 09 55 90, https://www.sagefemmeuzes.com/

  • Les recettes de Ninette

    Gourmands, gourmets, curieux et amoureux de bons produits, visitez le blog de Ninette et dégustez des yeux les recettes de la chef avant de les tester avec les papilles.

    Une bloggeuse passionnée

    Installée à Saint Chaptes, à une douzaine de kilomètres d’Uzès, Ninette est une passionnée de cuisine.

    Des recettes pour tous les goûts

    Recettes salées, sucrées, légères, concoctées pour les fans de Weight Watcher ou bien pour les aventuriers de l’Airflyer, vous trouverez sans aucun doute de nombreuses inspirations pour vos repas à 1, 2 ou pour une grande tablée d’amis.

    Produits du terroir

    Au menu, des produits du terroir, comme les courgettes, les tomates, les oignons des Cévennes, chèvre frais, mais aussi miel, amandes, abricots… et une foison de recettes de France et d’ailleurs pour satisfaire tous les goûts et les envies.

    Portrait de la Ninette des recettes

    Ninette, c’est Cathy Salomon Rodriguez, qui crée son blog Les recettes de Ninette en février 2016, via Overblog.

    Le nom de son blog est alors tout trouvé. Ce sera son surnom, Ninette, qui rime parfaitement avec recettes, et reprend l’intitulé d’un précédent site, créé en 2010 sur un autre site hébergeur.

    Le blog Les recettes de Ninette est donc lancé à deux reprises, et permet à Cathy de partager son amour pour la cuisine.

    Publiant régulièrement des recettes traditionnelles, Ninette s’aventure dans la création de plats sans gluten, un « plus » pour ses membres.

    Abonnée au programme Weight watchers, Ninette fait aussi partie de plusieurs groupe fb WW, où elle publie des extraits de son blog : « C'est plus l'occasion d'aider les personnes faisant ce programme. Cela permet également d'avoir des points d'avances (points WW) sans avoir à calculer, et à profiter de recettes équilibrées » ajoute Ninette.

    Fan des plats cuisinés avec l'Airfryer, comme pour le Cookéo, Ninette partage ses créations pour celles qui ont les mêmes robots. « Ces appareils offrent tellement de possibilités ! »

    Alors, pourquoi ne pas aller faire une petite visite dès à présent sur le blog de Cathy, pour accueillir le printemps à la mode Ninette ?

     

    La bonne adresse :  https://les-recettes-de-ninette.over-blog.com/

    https://les-recettes-de-ninette.over-blog.com/contact