Les vignes de Blauzac, près de la colline de la Librotte

Picto tl21 color

L’association Le Tiers-lieu 21

Partenaire indispensable pour se former, apprendre, commencer une activité professionnelle ou bien gérer son expansion dans l’Uzège, l’association Tiers-lieu le 21 d’Uzès propose une foultitude services.

« Depuis plusieurs années, à l’initiative d’acteurs privés et de collectivités territoriales, de nouveaux lieux d’activités et de services se sont créés un peu partout en France. Dans les métropoles, mais aussi dans des territoires ruraux, périurbains ou dans les quartiers, les tiers-lieux expriment le désir partagé d’acteurs privés et/ou publics de se regrouper, de créer, d’inventer, de travailler, de faire ensemble »*

Le 21 propose donc des espaces de collaborations entre professionnels et habitants, de réseau, de coworking,… et un concept, véritable maître mot, « la solidarité ».

Entretien

Bonjour Jessica,

Vous êtes notre interlocutrice privilégiée aujourd’hui pour présenter l’association. Tout d’abord, depuis quand l’association existe-t-elle et était-elle déjà présente sur la scène économique et sociale de l’Uzège avant d’être labellisée en 2020 Fabrique de Territoire, un label du Ministère de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités qui compte aujourd’hui 300 labellisés ?

L’association existe depuis 2019, mais les espaces partagés depuis 2017. Nos entrepreneurs et travailleurs indépendants réalisent l’équivalent de 500 000 € de chiffre d’affaires par an, et nous recevons dans nos bureaux près de 1 000 personnes par an.

La Labellisation nous a permis de développer des projets, et de structurer un pôle administratif, ingénierie de projet et communication que nous mutualisons avec les partenaires et les associations de l’Uzège.

Les tiers-lieux, ces « Nouveaux lieux, nouveaux liens, un mouvement que le Gouvernement a encouragé et qui transforme nos territoires ». Ils « représentent un véritable potentiel de reconquête économique, …épousent les évolutions les plus récentes de notre société : la transition écologique, le numérique, l’apprentissage par « le faire », le travail indépendant et les nouvelles activités... En ce sens, ils s’inscrivent pleinement dans l’action que nous menons en faveur de la cohésion sociale et territoriale »*

La salle informatique thiers lieuVous vous associez à des professionnels, vous offrez un réseau, mais aussi des espaces de coworking, le 21, au 1er étage du 21 place aux Herbes, qui a donné son nom à votre association, et le tout nouveau 12, Boulevard Victor Hugo. Qu’ont-ils de spécifique et à quels professionnels s’adressent-ils ?

Ce sont des lieux où il fait bon travailler, loin des standards de coworking avec chacun son « box » ou son coin de table, ici tous nos résidents partagent les bureaux et adaptent leur agenda en fonction des priorités des autres. Ainsi, toutes les activités de service peuvent être accueillies au Tiers-lieu le 21. Notre prochain lieu accueillera d’ailleurs des structures de création artistique et culturelle, afin de recréer la même dynamique qu’avec les entreprises de service.

L’engagement en tant que membre « résident » est d’un an minimum. Pensez-vous assouplir cette période pour qu’elle puisse s’adapter aux stagiaires éventuellement ou aux professionnels en mission ?

Le bureau tiers lieu boulevard victor hugoNous accueillons déjà des stagiaires, des services civiques, des coworkeurs sur une période plus courte. Mais notre volonté reste de privilégier des résidents, impliqués dans l’association, afin de conserver notre bonne ambiance et l’implication de tous.

Le Tiers-lieu le 21 est aussi un Eco-acteur de la réserve de Biosphère des Gorges du Gardon. En tant que tel, quel est votre rôle, et que souhaitez-vous transmettre ?

Notre rôle d’éco-acteur est la valorisation de la réserve de Biosphère dans nos locaux évidemment, mais aussi les savoir faire des artisans et producteurs des Gorges du Gardon en mettant à disposition les espaces du 21 place aux Herbes, pour toucher les habitants et les touristes.

Aujourd’hui, combien avez-vous de membres, entre professionnels formateurs, professionnel en résidence, particuliers, etc ?

L’association Tiers-lieu le 21 est composée de 9 membres. Nous hébergeons 20 entreprises, coopérative, mutuelle ou associations. En 2020, nous avons créé l’association des Amis du Tiers-lieu le 21, composée d’une petite cinquantaine d’adhérents, tous habitants de l’Uzège.

Vous vous impliquez également dans le milieu culturel avec des expositions, des conférences, des ateliers. Comment procédez-vous pour gérer toute cette activité ?

Grâce à nos ressources humaines et nos outils en ligne, nous arrivons à gérer facilement toute l’activité, culturelle ou sociale, des conférences et des formations. Pour les expositions, des formulaires sont à disposition sur notre site internet ou sur simple demande au 04 66 03 00 00. Tout est gratuit, pour les artistes et les visiteurs. Notre bar associatif peut s’occuper des vernissages, les bénéfices sont redistribués aux exposants.

« Boostez le démarrage de votre entreprise au sein de la communauté d’entrepreneurs du Tiers-lieu », voilà une annonceuse accrocheuse. Comment envisagez-vous le devenir des futurs entrepreneurs ? Quels sont vos atouts ? Avez-vous un exemple d’accompagnement personnalisé d’une entreprise à présent active ?

Un des membres fondateurs, l’organisme de formation Super École, organisme certifié Qualiopi, accompagne les porteurs de projet dans le démarrage ou la reprise d’une activité économique. Le Tiers-lieu est un formidable espace de test et de réseau pour ces entrepreneurs. Depuis 2021, la coopérative d’activité et d’emploi Mine de Talents nous a rejoint pour proposer aux bénéficiaires un statut orignal de salarié-entrepreneur. Permettant ainsi d’élargir notre offre d’accompagnement et d’améliorer nos dispositifs d’information sur les sites du Tiers-lieu.

Pour exemple, la société AJ-Educ, accompagnée par la Super École dès 2018, est la première entreprise à nous avoir rejoint dans cette aventure.

Lien social, le Tiers-lieu a aussi un Pôle Famille regroupant « un ensemble d’éducateurs, thérapeutes et pédagogues », qui « travaille de concert avec vos Pôle Entreprendre, Culture et Bien-Etre ». Que proposez-vous exactement dans chacun de ces groupes ?

Le fil rouge est le « Module de Prévention Local » porté par le Tiers-lieu et le Département du Gard. Grâce à ce programme qui accompagne les familles envoyées par l’assistance sociale du secteur, les bénéficiaires, enfants comme parents, peuvent passer d’un RV avec un éducateur à un atelier de dessin, un accompagnement à la création d’emploi, un point sur les compétences numériques ou un moment de détente avec l’équipe bien-être.

Sur le papier cela n’a rien d’innovant, dans la réalité ça marche ! Les parents retrouvent du pouvoir d’agir, pour eux, et pour leurs enfants.

Avez-vous d’autres détails que vous aimeriez partager avec les lecteurs d’UzEssentiel, lancer un appel pour de nouveaux collaborateurs ?

Nous souhaitons lancer un appel à candidature pour nous rejoindre, nous souhaitons acquérir de nouveaux espaces, pour des activités de service autour de nos Pôles, mais aussi, et c’est nouveau, pour des services culturels créatifs dans un espace dédié,
l’Atelier 21.

Remerciements à Jessica Dugast, Assistante Communication au Tiers-lieu 21, pour sa collaboration

Photographies©LeTiers-lieu 21, * Agence nationale de la cohésion des territoires

 
  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.