Quartier de la Bourgade, Uzès©nb UzEssentiel/Pay.attention.to.details

Joachim Romain, l’art qui se renouvelle

Artiste havrais exposé à la Galerie Urbaine d’Uzès, Joachim Romain visite le monde au gré de ses vernissages.

S’inspirant des nouveaux réalistes, détenteur du secret du recyclage, Joachim se lance depuis plus de 20 ans dans des compositions où la couleur se mêle aux caractères d’imprimerie de vieilles affiches, aux collages ingénieux ou fantasques de papiers divers, et même d’enseignes d’un temps passé.

Bandeau detail cultura©nb UzEssentiel

« Memories… un arrêt sur image dans la course folle du monde qui nous entoure. Joachim Romain, acteur contemporain du Nouveau Réalisme, en appelle à ses souvenirs, à nos souvenirs »… (catalogue de l’exposition Memories)

Un melting pot surprenant, qui ne peut laisser indifférent. On s’approche des cadres, on recherche le lien entre la création et son nom, indissociablement lié à la matière dont est faite l’œuvre… Soyez curieux, devinez ce qui se cache derrière l’intitulé Bernard, ou bien 168, voire Cultura (détail ci-dessus).

Les peintures acryliques sont chatoyantes, et s’unissent pour le meilleur avec le reste de la composition artistique. Il y a du jaune, du vert, beaucoup de bleu, mais aussi du rouge et des touches de blanc ou de rose. Et c’est sans compter avec les éléments graphiques des collages : des étoiles, un morceau de texte, un logo, un code barre, un pan de « papier peint à la main, véritable fil conducteur de l'exposition Memories »…, et parfois, en arrière-plan, des photographies (ci-dessous, détail 110).

Detail 110©nb UzEssentielLes volumes muraux de l’artiste, comme Para, où l’aluminium offre comme un écrin à la composition picturale, ou bien Infinit qui semble surgir du métal, et où la peinture acrylique et le volatil aérosol sont comme galvanisés par le brillant de l’aluminium, s’invitent dans l’exposition.

Le monde de Joachim est insolite et déroutant. On ne s’étonne donc pas qu’il expose de Paris à Londres, Miami, Istanbul ou Hong Kong, les galeristes ne se sont pas trompés en l’invitant dans des shows où l’art contemporain est dévoilé, commenté, jugé, imité.

Detail cadre réalisé rue Saint Etienne©nb UzEssentielJoachim cherche à dénoncer le monde pressé d’aujourd’hui, la consommation de masse, le gaspillage.

Il est possible de connaître d’autres facettes de son talent au gré de la découverte des photos exposées à la Galerie Urbaine. La série Fast_Shop est ainsi une réflexion différente sur le monde qui nous entoure, entreprise depuis 2009.

Sneakers laiton brule©nb UzEssentielDes photographies utilisant le procédé de la sublimation, travaillées de telle sorte que le temps semble figé tout en créantparadoxe ?, une impression de mouvement.

C’est le cas pour Yellow Queen, où la jeune femme semble démultipliée à l’infini, Jersey ou Dope, où le personnage tourne le dos au public dans une photo qui oscille entre le gris, le bleu et le noir.

Sneakers quant à elle est une photographie sur laiton brûlé, qui donne un effet de rapidité. Léchée par une flamme absente mais pourtant si présente, qui l’a écorchée de haut en bas, Sneakers est peut-être aussi une fuite en avant. Chacun y verra sa propre interprétation.

Remerciements à Joachim Romain et à Patrick Mahe, de la Galerie Urbaine, pour leur accueil et collaboration à cet article.

Retrouvez Joachim Romain sur son site .

La bonne adresse : Galerie Urbaine, rue Saint-Etienne, à Uzès. Ouverte du mardi au samedi, de 10 h à 19 h.

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !