les gorges du Gardon, depuis la Maison du castor, à Collias

Domaine la belle vie panier d herbes

Profession : Cueilleuse Semeuse

Domaine la belle vie ducheValérie mène la belle vie. Enfin, C’est plutôt son Domaine La Belle Vie qui lui offre le cadre idéal pour faire de son activité de cueilleuse semeuse le lieu parfait pour ses cueillettes et penser à concoter ses préparations.

Présentation

Bonjour Valérie, quel a été votre parcours avant de vous lancer comme cueilleuse semeuse ?

Je ne me suis jamais lancée. C'est un retour de mes proches. Enfant, je cueillais minutieusement des plantes que j'offrais, que je faisais sécher, que je cuisinais en dînette pour faire comme les grands et je replantais des boutures là où les plantes manquaient. "Toi, tu feras cueilleuse semeuse si tu ne sais pas quoi faire" me disait-on.

Je ne vois pas cette activité comme un métier, plutôt un mode de vie. Les plantes, ça se replante. Cela a toujours été une évidence pour moi.

Quelle a été votre formation pour devenir cueilleuse et surtout pour apprendre à « transformer » vos récoltes ?

J'ai harcelé tous les papys et mamies de la région où j'ai grandi, au pied du Canigou, et qui marchaient avec un panier à la main. Je leur ai posé mille questions sur qu'est-ce qu'ils ramassaient, qu'est-ce qu'ils en faisaient. Et je leur demandais leurs recettes et petits secrets que je consignais dans un carnet. Recettes et secrets que j'édite en petit livret à disposition du public.

C'est bien plus tard que j'ai étudié la botanique, l'ethnobotanique et l'herboristerie au travers des travaux de mes prédécesseurs dans le domaine.

J'étudie toujours, chaque jour, sur la plateforme de Telabotanica, où nous sommes quelques milliers de botanistes amateurs et professionnels à partager nos observations, savoir-faire, doutes et piste de réflexion.

Domaine la belle vieEtes-vous seule à faire le cueillage, avez-vous des associés ?

Je cueille seule depuis 30 ans.

Comment vous partagez-vous entre Uzès, et vos différents lieux de cueillage et de semage?

Je marche plus de 200 km par mois. Pas d'une traite bien sûr. Mais je cumule les kilomètres à la recherche de plantes remarquables. J'entends par là une plante qui affiche tous les signes d'une excellente santé et qui se trouve dans un lieu le plus sain possible.

Vous récoltez en France, mais aussi en Suisse. Dans quels autres pays allez-vous aussi ? Quelles sont les régions que vous affectionnez le plus ?

Je suis partie jusque dans la forêt du Nordeste brésilien pour rencontrer un vieux monsieur qui vivait avec la maladie de Parkinson en pleine forêt et subvenait seul à ses besoins grâce à une plante que j'ai voulu connaître.

Sinon, l'Uzège, quelques lieux de Suisse, et quelques autres dans les Pyrénées sont mes lieux préférés.

Combien de temps prend la cueillette, le semage? Cela dépend des plantes, des fleurs ?

Je le présenterai de façon inversé : combien de temps offre la cueillette et le semage....une vie si on veut.

Domaine la belle vie huilesComment conservez-vous les plantes, fleurs ? Pouvez-vous nous expliquer les différents stades de « transformation » ?

Ma production est très modeste. J'y tiens. J'ai un petit séchoir à plantes (5 kg max).

Les stades de transformation sont le sujet de mes stages. Un peu long à raccourcir en quelques lignes.

Quels sont les produits que vous obtenez à partir de vos fleurs (huiles essentielles, …) ? D’ailleurs, récoltez-vous seulement les fleurs, ou parfois aussi, des feuilles ? Certains de vos produits se rapprochent-ils des fleurs de Bach ?

En premier, un bon repas : sushis, tartes, gâteaux, sirops.

Je fais également pour un petit nombre de clientes des macérâts et des tisanes.

Avez-vous des produits phares, des fleurs de prédilection ?

Le macérât d'Immortelles et la tisane d'Artemesia Annua est ce qu'on me demande le plus.

Domaine la belle vie fleursQuelle est votre clientèle ?

Ma clientèle en général vient de mes stages de formation à la cueillette des plantes sauvages comestibles. Quant elles ont vu, goûté, senti mes plantes, elles me demandent leurs bienfaits. C'est une petite clientèle, essentiellement féminine, quelques hommes, et souvent très fidèle.

Partagez-vous votre expérience aux travers de cours, stages, conférences, formations ?

Je ne fais que ça toute l'année. J'interviens en milieu scolaire, dans des entreprises et auprès de particuliers. Il y a même quelques restaurants qui font appel à mes services pour introduire du sauvage dans les assiettes.

Plus d'informations : Plantes sauvages comestibles, Facebook

Visuels©Valérie-Domaine La Belle Vie

 
  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.